Profil des Patientes opérées à l’Hôpital Général de HEAL AFRICA et à l’Hôpital Général de Référence de BÉNI, Province du Nord Kivu, République Démocratique du Congo. - Archive ouverte HAL Access content directly
Preprints, Working Papers, ... Year :

Profil des Patientes opérées à l’Hôpital Général de HEAL AFRICA et à l’Hôpital Général de Référence de BÉNI, Province du Nord Kivu, République Démocratique du Congo.

(1) , (1) , (1)
1

Abstract

The objective of this study was to determine the holistic profile of the women operated for gynecological complications that are the fistulas and the prolapses. Methodology: It was a descriptive, cross sectional and documentary survey that adopted the quantitative approach, on 63 women operated at the General Referral hospital of HEAL AFRICA and the General Referral hospital of BENI; from February to March 2016 after the surgical campaign organized by the hospital HEAL AFRICA organization. Results: The middle age of operated women was of 45, 5 years. 63, 5% among them had low-level of instruction, living in the rural (54%); Catholic religion (47, 6%), married (42, 9%), agriculturists (71, 4%) with a monthly income of 50 to 99 US$ (39, 7%). The mean numbers of pregnancies contracted by these women were 6 to 7 pregnancies. Most of the pregnancies (71, 4%) didn't precede the fistula or the prolapse and after the treatment, 96, 8% of operated women didn't conceive anymore. The delivery mode was normal (73%). In more case, the parents were invested in the childbirth of operated women (23, 8%). The childbirth finished by the birth of healthy children (71, 4%). With regard to the illness and the antecedents of operated women, 68,3% of case of the fistulas and 31,7% of the cases of prolapse were identified without surgical antecedents in the past (87,3%). The evoked reason was the normal childbirth (50%). The consequences of these pathologies were the lack of jobs (57, 1%) and the recurrent urinary infections (50, 8%). The observed change was the low income level after the treatment of the illness (46%). With regard to the therapeutic profile, main source of information for the treatment was the broadcasted information (25, 4%). The reason of delay to the consultation was the lack of the poverty (39, 7%). The sanitary animators (27%) motivated the operated women to consult for the treatment; whereas the follow-up and the accompaniment were done by the sisters and brothers of the victim (27%). The technique Intervention the more practiced was the simple suture (50, 8%), by passing through the vagina without episiotomy (26%). The dominant result was the continence with the closing of the lesion (96, 8%). In post - operative, the hospitalization was less than one month (87, 3%), the antibiotherapy after surgical intervention was used (87, 3%) and the patients were satisfied (77, 8%).
L’objectif de cette étude était de déterminer le profil holistique des femmes opérées pour des complications gynécologiques dont les fistules et les prolapsus. Méthodologie : Il s’agissait d’une étude descriptive, transversale et documentaire qui a adopté l'approche quantitative, menée auprès de 63 femmes opérées à l'hôpital Général de Référence de HEAL AFRICA et à l'hôpital Général de Référence de BENI, de février à mars 2016 après les campagnes de chirurgicales organisées par l’hôpital HEAL AFRICA. Résultats : L'âge moyen des opérées était de 45,5 ans. 63,5% d’entre elles étaient de bas niveau d’instruction, habitant les milieux ruraux (54%) ; de religion catholique (47,6%), mariées (42,9%), agricultrices (71,4%) avec un niveau de revenu mensuel de 50 à 99$ (39,7%). Le nombre moyen des grossesses contractées par ces femmes était de 6 à 7 grossesses. La plupart des grossesses (71,4%) n’ont pas précédé la fistule ou le prolapsus et après la réparation, 96,8% des opérées n’ont plus conçu. La voie d’accouchement était basse (73%). En plus, ces sont les parents qui sont investis dans l’accouchement des opérées (23,8%). L’issue de l’accouchement était la naissance des enfants vivants et sains (71,4%). En ce qui concerne la maladie et les antécédents des opérées, 68,3% de cas des fistules et 31,7% des cas de prolapsus ont été identifiés sans antécédents chirurgicaux dans le passé (87,3%). La cause évoquée était l’accouchement par la voie basse (50%). Les conséquences de ces pathologies étaient le manque d’emplois (57,1%) et les infections urinaires récurrentes (50,8%). Le changement observé était le niveau de revenu bas après la survenue de la maladie (46%). En ce qui concerne le profil thérapeutique, source principale d'information pour le traitement était les communiqués radiodiffusés (25,4%). La cause du retard de consultation était le manque des moyens (39,7%). Les animateurs sanitaires (27%) ont motivé les femmes opérées à consulter les soignants ; alors que le suivi et l’accompagnement étaient assurés par les sœurs et frères (27%). L’intervention la plus pratiquée est la suture simple (50,8%), avec la voie d’abord vaginale sans épisiotomie (26%). Le résultat dominant était la continence avec la fermeture de la lésion (96,8%). En post- opératoire, l'hospitalisation de moins d’un mois (87,3%), l’antibiothérapie post- opératoire a été utilisée (87,3%) et un sentiment de grande satisfaction (77,8%).
Fichier principal
Vignette du fichier
Profil des Patientes opérées à l’Hôpital Général de HEAL AFRICA et à l’Hôpital Général de Référence de BÉNI, Province du Nord Kivu, République Démocratique du Congo.pdf (435.06 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-01325953 , version 1 (02-06-2016)

Identifiers

  • HAL Id : hal-01325953 , version 1

Cite

Edmond Ntabe Namegabe, Rafiki Aimee Bosse, Mumbere David Mayani. Profil des Patientes opérées à l’Hôpital Général de HEAL AFRICA et à l’Hôpital Général de Référence de BÉNI, Province du Nord Kivu, République Démocratique du Congo.. 2016. ⟨hal-01325953⟩

Collections

AFRIQ RIGL
66 View
58 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More