Trace narrative dans l’illocutoire et fuite du réel extralinguistique : exemple du français et du malgache - HAL Accéder directement au contenu
Thèse Année : 2004

Narrative path in the illocutionary and leakage of the extra-linguistic real: example of the French and Malagasy

Trace narrative dans l’illocutoire et fuite du réel extralinguistique : exemple du français et du malgache

Résumé

The pragmatic problem is that it is a young discipline of Linguistics. These characteristics have the effect some confusion in the notion of speech act analysis that refer to the texts of AUSTIN. Thus, if the notion of illocutionary or illocutionary force is well described as a generalization of the performative to all statements, the first contradiction is refusing to certain statements the status of illocutionary for the benefit of the perlocutionary which is a concept which cannot be the object of Linguistics if one accepts that in the language there is anything else than the language. It is this last point that we are trying to highlight by the concept of the real leak. The second contradiction is that the illocution is defined as being produced in and by the enonciation then its evaluation is done by the response of the allocutaire. All these major contradictions fall themselves if considering the narrative as the essence of the language. Therefore the narrative algorithm allows not only to the assumption of the generalization of the performative to all statements, but also to exclude the addressee of the measure of illocutionary force which strictly derives from the saying, never of the enonciataire.
Le problème de la pragmatique est qu’elle est une discipline jeune et issue de la linguistique. Ces caractéristiques ont pour conséquence une certaine confusion dans les analyses de la notion d’acte de langage qui font référence aux textes d’AUSTIN. Ainsi, si la notion d’illocutoire ou de force illocutoire est bien décrite comme une généralisation de la performativité à tous les énoncés, la première contradiction est que l’on refuse à certains énoncés le statut d’illocutoire au profit du perlocutoire qui est une notion qui ne peut pas faire l’objet de la linguistique si l’on admet que dans le langage il n’y a que du langage. C’est cette dernière remarque que nous tentons de mettre en évidence par le concept de fuite du réel. La deuxième contradiction est que l’illocution est définie comme étant produit dans et par la parole alors que son évaluation se fait par la réponse de l’allocutaire. Toutes ces contradictions majeures tombent d’elles-mêmes si l’on envisage la narrativité comme l’essence du langage. dès lors l’algorithme narratif permet non seulement de faire l’assomption de la généralisation de la performativité à tous les énoncés, mais également d’exclure le destinataire de la mesure de la force illocutoire qui dérive strictement de l’énonciation et jamais de l’énonciataire.
Fichier principal
Vignette du fichier
Illocution.pdf ( 2.18 Mo ) Télécharger
Illocution (1).pdf ( 2.19 Mo ) Télécharger
Loading...

Dates et versions

tel-01238655, version 1 (08-12-2015)

Licence

Domaine public

Identifiants

  • HAL Id : tel-01238655 , version 1

Citer

Jean Robert Rakotomalala. Trace narrative dans l’illocutoire et fuite du réel extralinguistique : exemple du français et du malgache. Linguistique. UNIVERSITÉ DE TOLIARA, 2004. Français. ⟨NNT : ⟩. ⟨tel-01238655⟩

Collections

AFRIQ
137 Consultations
422 Téléchargements
Dernière date de mise à jour le 26/05/2024
comment ces indicateurs sont-ils produits

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn Plus